célineboura.com

La terre, le ciel & nous

(Re)trouver l’inspiration

© Photo Juergen Teller

 
Il y a 1 an j’ai parlé ici de l’art de susciter l’inspiration. Être inspirant… c’est un mot qu’on entend beaucoup en ce moment… Je crois qu’il ne faut pas y oublier un prérequis indispensable : être inspirant, c’est d’abord savoir être inspiré !

Plus vous savez alimenter votre inspiration, plus vous cultivez un état d’esprit riche et positif. De cet état d’esprit découle la qualité de votre posture, de votre image, de vos clients et donc votre crédibilité.
Prendre des décisions rapidement, avoir des idées en permanence, capter de nouveaux clients, garder une longueur d’avance… L’équation est simple : plus vous êtes inspiré, plus vous êtes inspirant, plus on vous croit, plus on vous suit. Crise, ou pas crise !
 

Pour faire briller l’extérieur,
commencez par remplir l’intérieur

 
On me demande souvent quelles sont mes sources d’inspiration. Je ne sais jamais vraiment quoi répondre à cette question, parce que pour moi tout est prétexte à inspiration. Je n’ai pas lu un livre en entier depuis… pfff… pas vu d’expo depuis… trop longtemps !… mais la couleur d’une porte, 3 mots d’une conversation ou le lacet d’une chaussure me donnent matière à faire avancer mon travail.
Pour moi, trouver l’inspiration, c’est savoir ouvrir grand ses yeux et ses oreilles pour capter les moindres morceaux de vie. Quand ça coince en nous, quand les idées sont bloquées, il faut savoir débrancher… pour rebrancher autrement. Trouver un autre angle “d’attaque” pour rétablir les connexions.
Cette réactivité n’est possible que si on sait être attentif à l’invisible, à l’indicible.
Aux micro-détails quoi.
 

Développez votre capacité à ressentir

 
Dans mes 4 derniers articles, j’ai abordé à chaque fois de manière différente le thème de l’intuition. Je m’en suis rendue compte seulement en préparant cet article et pourtant ce n’est pas un hasard. Pour moi la clé à beaucoup de portes qu’on croit fermées se situe là.
L’intuition c’est la capacité à capter ce qui se passe à l’extérieur de soi, pour mieux voir et écouter ce qui se passe en soi. En latin, intuitare : l’action de voir une image dans une glace !
S’écouter, c’est savoir écouter. Inspirer, c’est savoir s’inspirer.
Parce qu’être soi ce n’est pas se regarder le nombril en se trouvant génial, c’est savoir être en résonance avec les autres, vos clients, vos réseaux, votre marché… Le juste point d’équilibre entre ce qu’on est et ce qu’on apporte au monde. C’est un art, et comme tout art cela s’apprend et s’améliore chaque jour ! Comment ?
 

Apprendre à s’enrichir
de tout ce qui se passe autour de soi

 
Cela demande de la discipline parce que, par les temps qui courent, il est très facile de ne voir que le négatif, la monochromie ambiante, le pessimisme médiatique… Il ne s’agit pas de voir la vie en rose, parce qu’elle ne l’est pas, mais d’apprendre à poser dessus un regard plus subtil et plus profond.
Aujourd’hui je vous propose un exercice simple mais efficace, pour vous (re)connecter à votre créativité, donc à votre inspiration : créez votre matière à enchantement !
Passez au crible les moments, les personnes, les lieux qui génèrent/ont généré en vous une joie durable. Pas juste une euphorie passagère. Prenez le temps d’identifier puis de noter ce qui vous motive, vous anime, vous donne de l’élan, ce qui créé en vous une force positive.
C’est en allant chercher de ce côté-là que vous trouverez de la matière à être inspiré… et donc à inspirer. Puis, passez des mots à la 3D. Donnez vie à vos souvenirs, à vos émotions, à vos sensations. Comment ?
Je conseille à mes clients de rassembler des images, des couleurs, des matières, des ambiances, des photos de personnes, d’endroits qui les inspirent. Puis de les afficher sur un ou plusieurs panneaux, si possible en évidence sur leur lieu de travail.
 

A quoi ça sert ?

 
• à piocher dans votre “réservoir à enchantement” quand vous êtes de vous-même
• à vous raccrocher à du positif quand tout part en vrille
• à avoir une vision claire de vos besoins et aspirations
Sur mon propre panneau face à mon bureau il y a : des phrases découpées dans des magazines, des cartes et mots de remerciements de mes clients et de mes proches, une danseuse étoile, un chanteur et une actrice que je trouve Beaux, des palettes de couleurs que j’aime, du coton, des plumes, des morceaux de tissus, des photos de paysages, de chaussures…
Au fur et à mesure, j’ajoute, j’enlève, je peaufine… et quand je lève la tête de mon ordinateur je ne suis pas face à un ciel gris ou un écran de télé, mais face à des choses qui me ressourcent et me régénèrent. Une façon de s’auto-motiver : mon carburant se trouve là.
Créez le vôtre et ayez-le sous les yeux aussi souvent que possible.
 
(Re)trouver l’inspiration tient finalement beaucoup à votre capacité à savoir où et comment faire tourner votre moteur. A aller puiser à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de vous ce qui vous fait avancer de façon juste et cohérente. Trouvez ce qui vous inspire… pour pouvoir inspirer les autres !

“Soyez vous-même… les autres sont déjà pris !”
– Oscar Wilde –

 

Et vous, qu’est-ce qui vous inspire au quotidien ?
Vos avis et partages d’expérience sont toujours les bienvenus !

 

45 réponses

  1. Merci Céline et magnifique article. J’adore faire ça. Prendre du recul, regarder autrement, me sentir sur la planète et m’apercevoir que je ne retiens que les détails positifs des choses, lieux, événements, personnes rencontrées et échanges !
    Moi mon bureau est très itinérant, pas de fauteuil et je passe ma vie debout, du coup j’ai un petit cahier orange où je note toutes les pensées, citations, idées positives, et bien sur un coin secret de la tête où sont gardés mes réconforts. Et c’est très pratique. Tout ça ajoutés au conseils de Laurence sur les tenues qui font que l’on se sent soit on commence la journée avec le sourire!
    Bonne journée !

    1. Merci Aurélie de ce partage, très chouette cette idée de cahier d’inspirations itinérant. Avec les conseils de Laurence en plus, le kit complet pour passer des journées les plus inspirantes possibles 😉

    2. J’ai également adopté depuis quelques mois le cahier itinérant, toujours dans mon sac à mains… Un vrai Bonheur de m’y ressourcer!!! Merci de m’avoir permis de le conseiller également : c’est devenu tellement naturel que j’ai oublié de le mettre dans mon commentaire.

  2. Bonjour Céline, ce qui m’inspire? Le mouvement, un mot, une phrase dans une discussion, la beauté qui se présente comme le ciel de ce matin (mis en photo sur facebook), certains artistes, une musique, une chanson…la liste pourrait être exaustive…Je crois que c’est la capacité à l’accueil, à l’ouverture et à une qualité que j’aime beaucoup beaucoup la curiosité qui permet aussi à l’inspiration de devenir une présence…bonne journée

    1. Merci Sybille pour ce partage, en fait l’inspiration est partout pourvu qu’on soit capable de la voir et de l’accueillir. Qu’elle devienne une présence comme tu le dis si bien. Un petit moteur intérieur qui nous permet d’aller de l’avant…

  3. Bonjour Céline,
    Cet article fait écho à ce que je vis au travers des arts martiaux et vient apporter un éclairage supplémentaire qui fait beaucoup de bien.
    Je suis dans un club de karaté hors du commun où l’autre est important (et pas mon nombril), où la spontanéité et l’intuition priment en lieu et place du calcul et d’une quête de supériorité. Tout ça pourquoi ? Pour casser le moule (« igata » en japonais) ! Il faut être soi pour donner aux autres, voilà ce que l’on nous enseigne. Et cet article est une source d’inspiration (nous y voilà) pour poursuivre ce riche chemin. Merci.
    Très belle journée !

    1. Ah merci pour cet éclairage Patricia ! Etre soi pour casser le moule et donner aux autres… c’est exactement ça. On avance tous ensemble ici, c’est génial, merci !

  4. Bonjour,
    Quel bel article, comme d’habitude… et en plus ça raisonne dans ma vie.
    Etre inspirée, c’est aussi apprendre à respirer… la vie en somme, j’inspire, j’expire, j’inspire, j’expire… un peu comme le battement du cœur, il prend, il redonne, il prend, il redonne… et là, ça fait écho parce que la vie c’est « donner-recevoir ».
    Et j’en ai fait l’expérience pas plus tard qu’il y a quinze jours, comme quoi les peines de cœur, ça stimule pas mal… parce que je me suis rendue compte que je donnais mal. Du coup, je plaçais l’autre dans une situation de débiteur et il se sentait redevable… pas dans le don, mais dans la redevance, la charge d’équilibrer les comptes du cœur ! bof, moyen comme concept. Pas très glamour et pas très joli… et puis, si je donne mal à l’autre alors que je veux que faire du bien, là, j’ai compris et je me suis dit qu’il en était sûrement pareil avec mes relations professionnelles, ma relation avec mes amis, mes proches, ma relation avec l’argent, et là, la claque… ma relation avec moi-même ! Ma source, ce par où tout se donne et se reçoit… aïe…
    J’ai compris alors que donner et recevoir c’était en fait un même concept d’une même pièce. Pile et Face. L’un ne va pas sans l’autre. Donc si je donne mal, je reçois mal. Et pire, c’est je me convainc que finalement je n’ai besoin de personne pour être bien et heureuse, deuxième effet kisscool, je me coupe de tout lien avec l’ensemble, je coupe tout lien relationnel. Et être en relation c’est être en partage, c’est être en communication avec… donc, je n’ai plus rien a donner à personne, je ne reçois plus rien en échange… j’inspire mal, j’expire mal, je deviens asthmatique de la vie… autre concept moyen pour être heureux.
    Alors comment renverser la tendance ? et c’est là que je suis totalement d’accord avec l’article, c’est en acceptant les choses à leur point d’équilibre. On ne met pas la tête dans le sable, on accepte que la vie soit difficile. Parce que quand on l’accepte, on l’assume et quand on l’assume alors on dit « oui, il me manque quelque chose », on prend conscience qu’il y a un vide à combler et que de belles rencontres, de belles opportunités peuvent se mettre sur notre chemin. Quand j’ai compris cela, en quarante huit heures, c’est mon monde qui a totalement changé. J’accepte de recevoir.
    Et en orientant son regard sur ce qui nous manque, tout en prenant grand, grand soin de ce que nous avons déjà… nous avons en effet, une clé magique pour le monde de nos rêves. Etre reconnaissant tout en acceptant que nous avons un vide à combler c’est alors être au cœur de notre être le plus profond qui ne s’accroche pas aux symboles de notre être mais les symboles deviennent le prolongement de notre richesse intérieur à offrir, à offrir et à offrir !

    1. Laurianne, vous lire est toujours un régal et quelle expérience vous nous offrez là. Je suis ébahie par ce que vous arrivez à apporter en complément de mes articles… vraiment. “Mais qui est cette Laurianne qui commente sur ton blog ?” m’a-t-on demandé plusieurs fois en “coulisses”… je le saurais bientôt 😉
      Merci pour votre témoignage personnel dans lequel chacun(e) peut se retrouver. “Etre inspirée, c’est aussi apprendre à respirer… la vie en somme, j’inspire, j’expire, j’inspire, j’expire… un peu comme le battement du cœur, il prend, il redonne, il prend, il redonne…”. Vous ne pouviez si bien dire. La classe !

  5. “La seule source qui ne tarit jamais est l’inspiration qui vient de la nature” c’est une citation que je viens de voir sur un sachet dans lequel on m’a apporté des noix il y a 2 jours…Je trouve le “clin d’oeil” trop jolie 🙂

    1. Oui Sybille, et la nature a cela de puissant qu’elle nous fait comprendre que “rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme”…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez MA NEWSLETTER

Restons connectés pour que je puisse vous envoyer mes dernières actualités.