célineboura.com

La terre, le ciel & nous

Rien ne se perd, rien ne se crée… tout se transforme

b4c8be2e72cb9417929e1d4851cfe7c8

© Photo George Londono

 

Me voilà de retour après 2 mois et demi d’absence.
Certains s’inquiétaient.
D’autres s’impatientaient…

Cette semaine mon blog a 3 ans ! Avec au compteur 138 articles et 2417 commentaires. Mon activité a démarré au même moment sur les chapeaux de roue et s’est développée crescendo depuis. Si on m’avait dit il y a 3 ans que j’en serais là, je crois que je n’aurais jamais eu le courage d’arriver jusqu’ici.

Mais j’y suis… et j’ai découvert en cours de route que ce qui nous semble parfois notre pire ennemi peut devenir un précieux ami pour durer sans perdre sa route : le temps.

Sur le web et IRL, il faudrait être partout à la fois. Assurer non-stop sa “stratégie de présence”. Mais des fois on a juste envie d’une “stratégie de silence”… D’arrêter la course contre la montre et se demander si tout ça en vaut réellement la peine… et la joie.
Ces derniers mois, j’ai remarqué que tout le monde était pris dans un rouleau compresseur XXL, nous obligeant à lâcher nos repères et habitudes et à avancer au milieu de sables mouvants. Rassurez-vous, on est tous dans le même bateau !

Alors, en ce printemps
puis été mouvementé,
j’ai pris le temps de ne pas écrire
et de juste regarder.

À l’extérieur, à l’intérieur. Et j’ai réalisé que quoiqu’on décide, c’est finalement le temps qui décide pour nous et qu’entreprendre, c’est aussi apprendre à travailler avec les cycles de la vie.
Après l’euphorie et le stress du démarrage, on passe le cap de la 1ère année, on décolle, on fait beaucoup de sacrifices, et pourtant on continue, la vie privée prend le dessus, ou le dessous, on passe le cap de la 2ème année, on remet le paquet, on en veut plus, on en veut moins, et puis 3 ans… et on réalise qu’on ne peut que déposer les armes devant cette évidence : on veut modeler le temps à notre guise, mais c’est lui qui nous impose son tempo.
Il œuvre en silence pour permettre de profondes mutations, bien souvent invisibles à l’œil nu. Avez-vous remarqué que les changements prennent en moyenne 9 mois pour commencer à se mettre véritablement en place ? 9 mois… On a beau vouloir aller contre la nature, elle finit toujours par reprendre elle-même ses droits.

Le luxe d’être soi, c’est aussi le temps d’être soi
et notre rencontre m’a profondément fait changer mon rapport au temps :
maintenant que je sais que la direction que je prends pour mon entreprise
me ressemble et me rassemble, j’ai tout mon temps.
Je savoure le voyage et chacune de ses étapes !

 
m’avait écrit une cliente il y a… 9 mois.
Il est toujours bon de revenir à ce qu’on prône aux autres !
 

 
Le contenu du blog va évoluer ces prochains mois. J’ai envie de plus de créativité. Quelle forme ça prendra, j’ai des idées… mais je laisse le temps me guider. Vos avis et envies sont les bienvenus !
Je vous souhaite en cette rentrée… du temps, tout simplement. Pour comprendre, apprendre, observer, clarifier, construire, commencer, se tromper, recommencer… Et je tiens à vous dire merci d’être là, depuis 3 ans, 3 mois ou 3 jours…
To be continued !

22 réponses

  1. Bonjour Céline et bon anniversaire blogesque. A quelques mois des 3 ans de ma petite entreprise, voici un billet qui résonne tout particulièrement (en fait, tous tes billets résonnent en moi, mais bon, c’est une autre histoire !). Le temps, que nous souhaiterions dompter et qui se rit de nos efforts inutiles… Depuis mon adolescence et ce film qui me bouleversa à l’époque (Le cercle des poètes disparus), j’ai fait mienne cette devise : Carpe diem. Si difficile à mettre en oeuvre au quotidien et pourtant si enrichissante lorsqu’on arrive à l’appliquer.
    Se tromper et l’accepter, en faire trop ou pas assez (ou alors simplement en avoir l’impression) mais faire ce qu’on croit juste ou bon , avancer quoi qu’il arrive, faire fi du négatif, c’est aussi ça, le luxe d’être soi.
    Tu présentes tes formations à venir et c’est irrésistible. Mais je sens qu’il est temps pour moi de continuer mon chemin “seule”.
    Tu parles de créativité à venir, autant dire que j’ai hâte de voir ça !!
    Merci de m’inspirer sur tous les plans, personnel, professionnel.
    A bientôt, je t’embrasse, Morgane

    1. Bonsoir Morgane, merci de ton partage et oui je crois que tu es “mûre” pour continuer ta route “seule” ! Ce sont toujours les épreuves qui nous amènent à réévaluer la valeur du temps, alors oui, carpe diemons…

    1. Merci Nathalie, lire que mon blog rassure, waouh, merci ! Si mes “découvertes” s’avèrent utiles à d’autres dans un sens ou dans un autre, alors cela me motive à continuer. A très vite 🙂

  2. Merci pour cet article et la belle photo…
    Prendre le temps nous permet de sentir ce qui nous entoure, les subtils mouvements des êtres, du vivant ; d’apprécier les couleurs de la vie… toutes les couleurs.
    “Feel the sun on your face and tell me what you’re thinking / Catch the snow on your tongue and show me how it tastes / Take your time” (Dido) 😉
    Bonne rentrée et bon 3e anniversaire !

    1. Bonsoir Catherine, oui prendre le temps de saisir les subtils mouvements qui nous relient… intuition, encore et toujours. Une vraie clé de business, un outil de travail à façonner un peu plus chaque jour.

  3. Bonjour Céline,
    Le temps … un sujet d’actualité pour la rentrée et ses “to do lists” interminables !
    J’ai eu l’occasion cet été de vivre 5 jours toute seule, rien que pour moi, loin d’une vie sociale, familiale, professionnelle encombrée, faite d’urgences et d’impératifs. Cela m’a permis de ressentir au combien du temps pour soi pour faire réémerger sa vraie nature, ses besoins profonds était si précieux et nécessaire. Je te souhaite donc, ainsi qu’à tes lecteurs, une rentrée sous le signe de l’essentiel.

    1. Merci de ton partage Sandrine, c’est ce genre de déconnexion qui désencombre un max et permet de faire place neuve à la créativité, à l’efficacité… et à la cohérence. “Take a step back” pour se demander où on en est… et où on veut aller avec tout ça dans sa besace. Tout un programme !!

  4. Céline,
    “Le temps”… courir après lui, le prendre, en avoir, ne pas en avoir assez. Comme en parle si bien Pascal Obispo dans “Après quoi on court” – “du faux, des mots, des leurres – du vide, du vent, du rêve -”
    Nos rêves, ne les perdons pas de vue, eux seuls sont un réel moteur !
    A tous, belle rentrée

    1. Bonsoir Béatrice, retrouver son moteur, son carburant, un passage essentiel pour mieux apprivoiser le temps. Des passages en silence et pour la plupart invisibles, indicibles… mais fondamentaux. A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.