Innover c’est devenir soi-même

innovation-identite-marque

© Photo Samo Vidic

 
Extrait de conversation avec des clients associés que j’accompagne sur leur identité de marque :
“Nous on n’a pas l’impression d’innover, on n’a rien inventé de révolutionnaire, on n’est pas une start up, mais on sent qu’on fait un truc différent
– Pourtant, votre façon d’aborder le marché, de croiser des approches et des méthodes qui à priori n’ont rien à voir, de prendre le contrepied de vos concurrents, c’est très innovant !
– Oui on sent bien qu’on ne rentre dans aucune case : quand on essaie de faire comme tout le monde ça ne marche pas, et quand on s’écoute, on se rend compte que ça fonctionne beaucoup mieux… mais on se sent vraiment à part !
– Et en quoi ça vous pose un problème ?
– On n’arrive pas à se définir, nous en tant qu’entrepreneurs et en tant que marque. On n’arrive pas à expliquer qui on est et où on veut aller, alors qu’on le pressent déjà. A expliquer tout ça à nos clients… C’est difficile de se positionner, de trouver les mots, la démarche qui nous est propre, quand ce qu’on fait n’existe pas ailleurs
– Bienvenue chez Le luxe d’être soi alors :-)”
 
Innover. Un verbe qu’on attribue aux grandes entreprises, aux grands leaders, aux créateurs de nouvelles technologies…
Pourtant depuis 4 ans, je lui donne un tout autre sens, car des entrepreneurs innovants, j’en accompagne tous les jours : des gens “pas comme tout le monde” qui font du business “autrement”. Ça veut dire quoi concrètement ?
 

INNOVER :
UNE QUESTION DE DEVENIR

 
J’aime l’étymologie du mot innover : du latin in, dans et novare, rendre nouveau, renouveler, refaire, restaurer, transformer, changer. Depuis 15 jours et jusqu’en février, je suis une formation en psychologie quantique et conscience cellulaire pour comprendre en profondeur pourquoi et comment on peut transformer sa vie/son entreprise en dépassant tout son système de croyances.
J’apprends et je comprends de façon très scientifique à quel point “faire autrement”, c’est uniquement un changement de vision sur nous-même et l’environnement qui nous entoure.
L’innovation, c’est introduire de la nouveauté dans un système préexistant. Se pose alors une question centrale en terme d’identité de marque : comment changer en restant soi-même ?
Beaucoup d’entreprises et marques disparaissent lors des grandes vagues d’innovation par incapacité à se redéfinir dans un nouveau contexte. Pour ne pas se perdre dans tous ces changements, il est nécessaire de redéfinir, renforcer et affirmer son identité pour garder non seulement le cap, mais également une longueur d’avance en permanence.
 

PLUS ON RÉSISTE AU CHANGEMENT,
PLUS LA DIFFICULTÉ PERSISTE

 
Moi-même en plein tipping point, comme évoqué dans mon dernier article Soyez aujourd’hui là où le business sera demain, je choisis d’innover aujourd’hui en écrivant un article très court (oh que cela n’est pas simple pour moi !) et en laissant la parole… à moi-même en vidéo !
Après 4 années à interviewer, photographier, filmer des dizaines de personnalités innovantes pour mon blog, et suite à ma dernière réalisation vidéo L’Expérience Le luxe d’être soi présentant 5 de mes clients et moi-même, j’ai eu envie d’exploiter les rushes me concernant pour en faire en un mini-film à mon image.
Je crois que le temps est venu de me dévoiler au grand jour et de m’exprimer sur des sujets aussi impalpables qu’essentiels comme celui dont je vous parle aujourd’hui. Un grand merci à Christine Bugarin – sophrologue et cliente – qui m’a filmée et interviewée avec toute sa délicatesse… et à Jean-Jacques Goldman pour la sono. Moteur… projecteur ! { Edit 2022 : vidéo supprimée }
 

POUR ALLER + LOIN

 
En 2022 je vous propose de découvrir les 8 cursus de l’école de création des futurs.
Le changement, c’est ici et maintenant !
A bientôt, ici et ailleurs…
 

4 réponses

  1. Ah Céline, que j’aime cette vidéo qui te ressemble tant. Nous avons cheminé ensemble pendant 9 mois “officiellement”, bien plus “officieusement” et je ressens toujours ce même sentiment. Celui de continuer mon chemin. Pour parler de mon expérience avec toi, non pas dans l’aspect pratique ou dans ce que cela m’a apporté sur le coup, mais avec 1 an de recul (pile !) : aujourd’hui, l’euphorie a fait place à la sérénité, un peu comme l’amour profond et tendre qui suit la passion. Aujourd’hui, je sais que je suis différente à de nombreux points de vue mais je revendique moins, je profite plus, je cherche moins de reconnaissance, je le vis mieux.
    Aujourd’hui, je poursuis un chemin qui détonne dans le monde du business, un chemin vers le moins : moins de “travail”, moins de client, moins de chiffre pour plus de… ça je le garde pour moi pour l’instant 🙂 (mais tu sais déjà).
    Comme tu l’exprimes si bien, impossible de se laisser enfermer dans une image : je veux tout ce qui est bon pour moi, même si (a priori) cela semble antinomique. Pour ne pas renoncer à ce qui m’est juste, j’ai appris, avec toi, à dire non à ce qui ne fait pas sens; Et ce n’est pas toujours facile ! Dire non au trop (d’infos, de contraintes extérieures ou internes, d’engagements…) ça fait peur en fait, car on se retrouve face à soi. Sauf que c’est un grand bonheur et qu’on peut en profiter tout le temps, partout.
    Je t’embrasse
    Morgane

    1. Chère Morgane, merci de ton riche partage, et surtout du recul dont tu témoignes 1 an après… en phase avec le tipping point dont je parlais dans mon dernier article. Quand on touche son essentiel (essence-ciel ou essence-si-elle), un horizon infini de possibilités s’ouvre à nous… accueillons 🙂

  2. Merci… pour une fois, j’ai presque envie de ne pas partager cet article, tellement il résonne au fond de moi… Alors, une fois n’est pas coutume, je vais le garder pour moi, calmer tous ces neurones qui s’agitent pour trouver enfin une “étiquette”, que mon environnement me demande tant. Et comme je suis dans l’incapacité totale de me coller cette fameuse étiquette, je vais aller méditer devant un jardin baigné de pluie… pour laisser la place à cette fameuse intuition, et la laisser irriguer doucement. Merci Céline…

    1. Caroline, merci de ce partage, je crois que vous avez tout dit… Laissez-vous porter et alors le besoin d’étiquette se décollera de lui-même ! A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.