Épisode 22 • Relier les extrêmes

 

Épisode conçu sur « Voyage »
Rivière Monk

 

  

 

Dans ce vingt deuxième épisode, je suis touchée et honorée de recevoir à mon micro Malek Boukerchi, philosophe, conteur, anthropologue, ultra marathonien, pour aborder un sujet qui me semble essentiel dans la construction de demain : relier les extrêmes.
 

 

 
Relier les extrêmes,
c’est accepter d’être dans l’entre deux :
cette capacité à basculer
entre le confort et l’effort,
à comprendre que l’incertitude
est notre habitat certain.

 

 
Malek Boukerchi est un être hybride, d’une grande lucidité et humilité, que j’ai rencontré grâce à l’Institut des Futurs souhaitables. Spécialiste en intelligence relationnelle, il parcourt le monde, les mondes avec ses pieds, au nom d’une cause qui le dépasse.
 
« Guetteur-tisseur de rêves » comme il se surnomme, c’est aussi un ultra-marathonien : il court des marathons allant jusqu’à 1 500 km dans des contextes extrêmes (déserts, glaciers…). Cette pratique l’emmène jusqu’aux confins du monde pour explorer les limites du possible et du dépassement de soi.
 
C’est surtout un homme au grand cœur qui manie avec une aisance rare des concepts que j’ai souhaité qu’il nous rende accessibles : la relation au corps, à l’impermanence, aux mots et à l’humanité pour ouvrir nos consciences et amplifier nos actions à transformer la société.
 
Apporter du fond, du sens et du liant, c’est ce qui nous relie tous les deux et cet épisode est une partition à 4 mains pour porter nos messages encore plus loin. En espérant que chaque mot trouve sa juste place dans vos réflexions – et réflections – actuelles.
 

 

Raconter des histoires,
en ces temps de désagrégation du réel,
c’est ce qui nous unit encore le plus,
on a besoin de ça.

 

 
Dans cet épisode, on parle ensemble de courage, de vulnérabilité, de douceur, de résilience, d’impermanence, d’invisible, d’amour, de transmission, d’émerveillement, de ténacité… et que tout est toujours une question de regard : l’égard que l’on a vis-à-vis de l’autre.
 
 

 

Rien ne dure,
Tout est entre deux,
L’incertitude c’est l’état brut de la vie.
 
 
 
Bon Voyage !

 

Une réponse

  1. Vos propos font du bien à ceux qui ont du fil à retordre avec la vie
    Relier tisser des liens au fil de soi, au fil du temps
    Surtout quand on avance sur le fil du rasoir
    Un défi constant pour ceux qui filent un mauvais coton…
    Pour ceux qui ont une vie décousue, inconstance…
    Relier les extrêmes pour entrer dans un cercle vertueux…?
    J’aurai pu écrire “Relier les extrêmes pour en faire (enfer-mer) dans un cercle vertueux…? 😉
    Mot-lierre, mot attachant à l’extr-aime
    Jouer avec les mots pour déjouer les maux du JE
    en corps et encore

    c’est fou ce que ce jeu… console
    et atténue les migraînes de l’âme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.