célineboura.com

La terre, le ciel & nous

11
~
indivisible.

{ Épilogue }

Le 11 septembre 2019, je me suis faite
tatouer sur la côte gauche
“un visible indivisible”.

Ce qui signifie pour moi :
quand on a retrouvé son âme,
elle ne peut plus être abîmée,
ni séparée.

LA VULNÉRABILITÉ
~

Écrit le 7 janvier 2020

 

Quelque part en moi s’arrête.
Quelque chose autour de moi commence.

Me séparer de gens que j’aime. Encore une fois. Sans déchirement mais avec tant de peine. Devoir grandir. Ne pas me contenter. M’ouvrir à ce que je ne connais pas, ne maîtrise pas, ne comprends pas.

Une décennie à m’accrocher à la vie, à donner ma sur-énergie à d’autres pour ne pas sombrer. Ce temps est révolu. Depuis deux ans, les murs se fissuraient. Depuis ce rêve dont je me suis réveillée ravagée.

6 septembre 2017.
Cette nuit-là dans ce rêve-là,
je suis enceinte une deuxième fois.
Pas de l’homme qui dort à côté de moi.

Symbole de la Vie qui cherche à m’emmener au-delà de tout ce que j’ai verrouillé en moi. Peur de la Mort qui veut me faire naître. Encore une fois.

La carapace a fini par tomber.
Le jour de mes 39 ans.
Je suis passée de l’autre côté.


J’ai convoqué toute mon existence
pour tenter de transformer
ce qui m’est arrivé.

Je peux maintenant
me laisser
porter. 

Construire quelque chose de plus grand que moi seule. Ne plus être au premier plan. Ne plus être la seule force motrice d’un système qui m’a permis de me révéler, de me libérer, de régler mes comptes et qui aujourd’hui est devenu étriqué.

Sur tous les plans.

Mon âme attendait ce moment. Mon ego le redoutait. Quitter le besoin de compenser, de prouver, de briller. Être « juste » celle que je suis, dépouillée de tous mes filtres, suffit déjà à faire bouger les lignes.

Il est 9h16 du matin et je me suis recouchée.
Combien de fois me suis-je autorisée ça
ces 10 dernières années ?

Si peu.

Accepter de me coucher à peine la journée commencée. Mettre un genou à terre. Pleurer. Ouvrir les vannes. Laisser entrer ce qui cherche à émerger depuis si longtemps.


Love, humilité, gratitude. 
Always.


« Quelque part en moi s’arrête.
Quelque part en moi dit stop.
Le vivant n’a pas d’objectif.

Il est la vie en soi
et il ne cherche rien à atteindre
de mesurable, atteignable, réalisable…

Il est. Je suis.
La vie m’aime.
J’apprends à être la vie même. »




Ces derniers mots sont de Christèle Perrot, artiste en relations humaines. L’une des nombreuses magnifiques âmes avec lesquelles j’ai grandi ces trois dernières années.

Je tiens à remercier ici toutes celles qui ont fait partie de mon chemin. De près et de loin. Tous ceux qui, souvent sans le savoir, sans le vouloir, m’ont appris à marcher dans mes paroles.

Merci à vous qui avez contribué à votre façon à rendre ce voyage digital encore plus puissant que tout ce que j’aurai pu prévoir, ou imaginer. À ceux et celles qui ont œuvré en coulisses pour porter mon message jusqu’au bout.

Merci à Celui qui me Voit, me bouscule et m’inspire à devenir chaque jour encore plus vraie : merci au hasard nécessaire, et à ma maman, de nous avoir réunis.

Merci à ma famille de me soutenir et m’accepter pour tout ce que je suis.
À ma fille d’être mon précieux guide.

Merci à toutes les personnes qui ont fait le voyage avec moi depuis 10 ans, et à ceux qui sont arrivés jusqu’ici : j’espère qu’il vous a éclairés à devenir celles et ceux que nous serons demain.

Des êtres seulement humains.

De Singapour… à Paris.
To the infinite.
And beyond.
Love.

Début d’écriture : 6 avril 2020
Fin d’écriture : 4 mai 2020
Début de création du voyage digital : 24 septembre 2020
Fin de mise en œuvre : 11 décembre 2020

~ Vos commentaires

7 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez MA NEWSLETTER

Restons connectés pour que je puisse vous envoyer mes dernières actualités.